L’Artiste peintre Lionel Cohen vient de nous proposer une nouvelle corde à son arc de créativité.

Dans son tableau Birkat Habayit, il conjugue ses talents de peintre, avec sa représentation du Rabbi Menachem Mendel Schneerson, et de l’écriture d’une prière, à savoir la bénédiction sur la maison.

Lionel Cohen, le peintre que nous connaissons, serait-il devenu Sofer?

Pour répondre à cette question, nous allons avant tout expliquer ce qu’est un Sofer .

Le mot Sofer peut être traduit par un scribe mais il est difficile de limiter sa définition à ce simple terme.

Un Sofer est donc un scribe qui a pour mission de faire des Téphilines, Mézouzot, Sifrei torah et Meguilot. Tous ces objets sont des outils qui sont sacrés, qui servent à prier.

Ils ne peuvent être écrit que par lui. De nombreuses lois encadrent leur fabrication et leur écriture. Pour avoir le statut d’objet de culte.

Le Sofer utilise une encre spéciale et écrit avec une plume sur un parchemin fabriqué avec la peau d’un animal cacher.

Et voilà déjà une différence avec notre artiste qui lui écrit, plus exactement recopie, un texte sacré sans écrire le nom de D.ieu.

De plus, le peintre Lionel Cohen travaille sur une toile de jute et non sur un parchemin. Son encre est de l’encre de chine.

Le point qui les unit est le fait d’être précautionneux. Chaque lettre doit être écrite avec beaucoup de précision.

Pour être Sofer, il faut donc connaitre toutes les lois qui encadrent les écrits saints.

Notre artiste n’est donc pas Sofer.

Le Sofer a eu un maître auprès duquel il a étudié et travaillé sa technique d’écriture. Il existe plusieurs types d’écriture qui font de la réalisation de ces écrits de véritable œuvre d’art.

Alors notre peintre n’est pas Sofer, mais le Sofer est ARTISTE.

Pour être Sofer, il faut avoir donc reçu un enseignement, un accompagnement, un diplôme qui lui attribut son titre.

Il reste à savoir que la Loi Juive demande à ce qu’un Sofer soit quelqu’un de pieux, possédant une grande crainte de D.ieu  

Et bien maintenant vous savez tout. Le peintre Lionel Cohen n’est pas Sofer, mais il sait recopier avec attention et application un texte Saint. Il prendra grand soin dans son travail, car il a un nouveau point commun avec le Sofer: il a une grande crainte de D.ieu.

———————————————————————————————————————————–

Artist painter Lionel Cohen has just offered us a new string of creativity.

In his painting Birkat Habayit, he combines his talents as a painter, wiyh his representation of Rabbi Menachem Mendel Schneeson, and the writing of a prayer, namely the blessing on the house.

Lionel Cohen, the painter we know, would he become Sofer?

To answer this question, we will first of all explain what a sofer is.

The word Sofer can be translated by a scribe but it is difficult to limit its definition to this simple term.

A Sofer is therefore a scribe whose mission is to make Tephilines, Mézouzot, Sifrei torah and Meguilot. All these objects are tools which are sacred, which are used for prayer.

They can only be written by him. Numerous laws govern their manufacture and their writing. To have the statuts of an object of workship.

The Sofer uses special ink and writes with a quill on parchment made from the skin of a kosher animal.

And there is already a difference with our artist who writes to him, more exatly recopies, a sacred text without writing the name of G.od .

In addition, the painter Lionel Cohen works on a burlap and not on a parchment. His ink is Indian ink.

The thing that unites them is being cautious. Each letter should be written with great precision.

To be Sofer, you must therefore know all the laws that frame the holy writings.

Our artist is there not Sofer.

The Sofer had a master from whom he studied and worked on his writing technique. There are several types of writing that make the creation of these writing a true work of art.

So our painter is not Sofer, but the Sofer is ARTIST.

To be a Sofer, you must therefore have received an education, support, a diploma which gives it its title.

It remains to be seen that Jewish Law requires a Sofer to be a pious person, possessing a great fear of G.od . Well now you know everything.

The painter Lionel Cohen is no Sofer, but he knows how to copy with attention and application a Holy text. He will take great care in his work, for he has a new point in common with the Sofer: he has a great fear of G.od .

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

X